Paper Test : Pokemon X et Y

Pokemon X/Y est le dernier opus de la série Pokemon démarrée en 1996.
Sortie le 12 octobre 2013 en simultané dans le monde entier, ce qui est une première, et marque un tournant graphique sans précédent sur console portable.

Logo-PaperTest-PokemonXY

Je risque de ne pas être très poli, mais le scénario est digne d’un Pokémon, ce qui dans l’esprit des joueurs, et d’autant plus des joueurs de RPG, ne sonne pas forcément bien à vos oreilles.

  Le scénario est digne d’un pokémon ; c’est à dire plus que banal.
 
Je dirais même que Game Freak s’est encore moins foulé que d’habitude, puisque l’on ne nous annonce jamais clairement quel est le but dans cette nouvelle aventure. La sensation de se laisser emporter par les événements est donc plus grande qu’à l’ordinaire.
Cependant, ne vous y laissez pas tromper ; vous n’êtes bien évidement pas libre de tracer votre propre route dans le nouveau monde de Kalos, et donc rebelote les champions d’arènes, la ligue pokémon et la team de méchant.

Ce type de scénario, à la fois vagues et malgré tout dirigiste, me semble venir d’un autre temps. Un temps où les joueurs étaient décidément moins exigeants, et j’ai du mal à imaginer une nouvelle licence (qui n’aurait pas la puissance établie comme celle de pokémon) réussir à s’imposer avec si peu d’efforts.

En terme de profondeur scénaristique, nous sommes donc assez loin du précédent opus (noir et blanc) qui avait le mérite de nous élaborer un background plus complexe et sombre qu’à l’accoutumé. C’était d’ailleurs un tournant très positif pour la série, et je ne comprendrais jamais pourquoi un tel retour en arrière avec ce nouvel épisode.

La franchise ayant tendance à vous coller de plus en plus de « compères », cette fois ci se sont 3 protagonistes qui vous suivrons / croiserons tout au long de votre périple.  De plus, une fois n’est pas coutume,  vous aurez affaire à une team :  La  Team Flare, dont l’objectif principal est de réveiller un certain pokémon légendaire et refaire le monde à leur image.

   Bref, plutôt que d’énoncer ce qui fait immuablement partie de l’univers, parlons des nouveautés présentes dans pokémon X et Y.

Bonne nouvelle, votre avatar est enfin entièrement personnalisable via des boutiques de vêtements et la possibilité d’aller chez la coiffeuse aussi bavarde qu’une vrai.

coiffeur

Vous pourrez aussi aller faire un tour dans les nombreux restaurants et cafés disséminés dans le monde de Kalos. Si les premiers ont l’avantage de pouvoir offrir du level up en combattant contre cuistots et serveurs, le second n’est que purement décoratif, prétexte à dépenser ses pokédollars et parler. Certes, ce détail donne un aspect légèrement plus réaliste à l’univers, mais n’apporte clairement aucun intérêt ni pour l’histoire, ni pour le joueur.

Pour continuer dans la nouveauté inutile, la poké-récré. Cette dernière vous permet de caresser / jouer / donner des friandises à vos pokémons. Ces activités ont pour seul effet d’augmenter l’affection qu’ont vos pokémons pour vous. En conséquence, cet ajout n’apporte aucune répercussion sur le jeu, si ce n’est augmenter la puissance de la ct retour. On se serait attendu à faire le lien avec les méga évolutions puisque les personnages nous disent clairement eux même qu’elles ne sont possibles que si un lien fort existe entre le dresseur et le pokémon.  Malheureusement ce lien n’est pas illustré dans le gameplay. À vrai dire il semble mécanique, comme si une grande gentillesse émanait naturellement de vous. À l’instar de Gandhi ou Nelson Mendella !

poke recre

Je soulignerais une nouveauté bienvenue, à savoir la possibilité d’entraîner vos pokémons hors combat. Si cela ne permet pas la montée de niveau des pokémons, vous pouvez augmenter leurs statistiques à travers des mini jeux de tirs et en les faisant frapper dans des sacs de sables (c’est à dire tapoter l’écran tactile comme un forcené …).

entrainement

En plus des chaussures de courses et du vélo, c’est au tour des rollers de rendre vos déplacements un peu moins mous.

Pour ce qui est des petits monstres de poche en eux même, cet opus a été pioché dans tous les autres jeux de la série, tout en intégrant ses propres créations originales. Un bon gros chiffre pour les collectionneurs qui chercheraient à tous les attraper.  Malgré tout, je pense que plus le nombre augmente et moins le nombre de personnes ayant la patience de prétendre vouloir tous les attraper est grand.
mega evo
Les méga évolutions font aussi leurs apparitions et sont un des éléments centraux de l’histoire. Ces dernières, permettent à certains pokémons dotés d’une pierre bien spécifique de pouvoir évoluer temporairement lorsque vous le souhaitez en plein combat ( 1 seul par combat et seulement après s’être doté d’un équipement spécial). Personnellement, je dirais qu’il s’agit d’un détail, prétexte à la nouveauté car nullement obligatoire et utilisable à volonté. Autant créer de nouvelles évolutions permanentes.

Depuis Pokémon Noir et Blanc, les développeurs semblent avoir compris que se sont les deux premières générations les plus populaires ; il semble en effet que l’on croise proportionnellement plus de pokémons issus des dis opus. De plus, pour ajouter encore à la nostalgie, vous aurez le droit de choisir vers le début de votre aventure un des 3 pokémons de départ des versions rouge et bleu.
Des nouveautés qui font pâle figure face à un vrai travail scénaristique, mais qui sont malgré tout bienvenue dans cette série avare de changements et de modernisation.

Le changement le plus frappant de ce nouveau pokémon réside dans son aspect graphique. En effet, on passe ENFIN à un jeu entièrement modélisé en 3D. Une nouveauté fort appréciable mais qui, à mon humble avis, arrive très en retard, et aurait sans difficulté été réalisable sur DS, quand on regarde des jeux tels que le portage DS de final fantasy III ou le très légèrement plus obscur Soma Bringer, qui ont prouvé que l’on pouvait faire de beaux RPG portable en 3D sans forcément partir dans la caricature ou l’approximation (*tousse* …FF IV DS … *tousse*). Car on aurait pu craindre le gros ratage artistique je vous le concède.

vue ensemble

Pour parler brièvement des musiques, et bien… ça reste dans le ton pokémon ; c’est à dire s’accordant relativement bien au tout. Cependant, contrairement à presque tous les autres pokémons, celui-ci ne m’a rien laissé en tête, même si le ton est similaire aux opus précédents .

Si vous attendiez une révolution au niveau du gameplay, ce n’est pas encore pour aujourd’hui. La recette demeure une nouvelle fois inchangée. Même si ce n’est pas un mal dans cette époque où le RPG au tour par tour est en voie de disparition, quelques modifications auraient trouvé leur place comme par exemple la possibilité de pouvoir choisir entre plus de quatre attaques .

Les fonctionnalités online ne sont pas en reste dans cet opus. 

Tout d’abord, la possibilité d’avoir un profil, une vidéo de présentation de dresseur et de pouvoir rédiger un statut. Inutile mais visiblement Game Freak souhaitait vouloir surfer sur la vague des réseaux sociaux. Ainsi, il y a un menu entièrement dédié au online affichable sur l’écran tactile, affichant les passants (personnes du monde entier connectées en ligne), les copains (avec qui vous avez interagie : échange, combat, etc) et les amis, que vous ajoutez vous même à cette liste.  Le tout est assez confus, la faute à l’absence d’un système de tri par pays, par exemple.

online
A ceci, on ajoute la possibilité de donner et recevoir des « o-auras ». Il s’agit de boosters de tous types (argent, xp, etc…) limités dans le temps. Plus vous les utiliserez et plus ils seront efficaces et monteront ainsi en niveau.

Notons également la possibilité de faire des échanges mystères, c’est à dire d’échanger un pokémon de votre choix contre celui de quelqu’un faisant aussi un échange mystère au même moment. Autant dire que l’on peut se retrouver avec tout et n’importe quoi ; surtout des pokémons de très faible niveaux puisque beaucoup de petits malins font cela jusqu’à tomber sur une perle rare.
C’est donc malheureusement une idée qui partait d’un bon sentiment, mais dont le résultat est assez chaotique.  Et je ne comprends pas pourquoi personne n’avait prévu ça …

Mis à part ceci, rien de bien nouveau si ce n’est que vous n’aurez plus à vous rendre dans un centre pokémon pour utiliser toutes les fonctionnalités en ligne : combats, échanges, etc… A souligner la possibilité de participer à des tournois !

La durée de vie du jeu est assez honnête, dans la moyenne de ce que nous promet un jeu pokémon, c’est à dire environ 30 heures. A cela il faut ajouter les « quêtes annexes » du château des défis, des restaurants, du détective, et le fait de vouloir tous les attraper. Les fonctionnalités online ajoutent encore un peu de durée de vie au tout selon que vous soyez intéressés ou non.
Cependant, le jeu est encore plus facile que l’opus précédent, n’offrant pas vraiment de challenge sans s’imposer des handicaps soi-même.

Pour ce qui est de la rejouabilité, c’est ici qu’il y a un hic. Sans prendre en compte les fonctionnalités online, je dirais qu’il peut y avoir un intérêt à refaire le jeu, afin de constituer une nouvelle équipe. MAIS, refaire le jeu vous fera perdre l’intégralité de votre profil online, surtout qu’il est obligatoire de s’inscrire en ligne pour profiter comme il se doit de tout ce qu’il a à offrir. Ce qui est, je trouve, assez aberrant.

En conclusion, je dirais que l’on a affaire à un pokémon honnête, agréable à jouer et plus innovent qu’à l’accoutumé. Nous avons enfin un épisode tout en 3D, avec beaucoup de pokémons des deux premières générations, et le tout accompagné de quelques nouveautés sympathiques tel que le système d’entraînement.  Cependant, ces différents changements auraient déjà dû apparaître au moins sur DS ; surtout que cela était parfaitement réalisable, prouvant encore une fois que Nintendo tire un peu trop sur la vache à lait ces dernier temps.
De plus, je trouve personnellement que ce n’est pas en apportant quelques détails mineurs et un peu en retard que l’on apportera de la fraîcheur à cette licence. Car après tout, ce qui fait la force d’un RPG, c’est son scénario ; et on ne peut que regretter l’absence d’une nouvelle trame scénaristique, restée quasi inchangée depuis le tout premier pokémon.

ElectronikHeart_Paul

ElectronikHeart_Fabien

Une réponse à Paper Test : Pokemon X et Y

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*