Paper Test : Mario vs Donkey Kong Tipping Stars

Nintendo et le Online, ça fait deux et ça, tout le monde le sait. Bien que cela se soit amélioré ces derniers temps avec la sortie de la Nintendo 3DS et la Wii U (avec les lenteurs corrigées). Cependant Nintendo, qui a tendance à vouloir être unique, applique une politique cross-buy dite de la « vache à lait ». Contrairement à Steam ou aux smartphones, lorsque vous achetez un jeu multi plate-formes avec votre compte Nintendo Network depuis votre Wii U, vous n’aurez pas droit à la version 3DS. Dans le meilleur des cas, Big N se contente souvent de proposer une petite remise sur cette dernière.
La firme semble avoir prise en considération la grogne des joueurs. C’est dans cette optique que Mario vs Donkey Kong Tipping Stars a été développé. Cette aventure fait suite à une multitudes d’épisodes sorties sur GameBoy Advance, DS puis 3DS. Non content de revenir sur 3DS, ce nouvel opus arrive également et pour la première fois sur l’e-shop de la Wii U.

11-Logo-PaperTest-MvsDKTippingStars

MvsDK-Capture1
Avant de vous exprimer plus en détails mon opinion sur ce soft, je vais tenter de vous expliquer de façon rapide et succincte le principe d’un Mario vs Donkey Kong.  Il est relativement simple. À travers chaque niveau, vous devrez guider vers la sortie Mario et autres compères en version jouet vers la porte de sortie. Ce ne sera pas aussi facile que cela en a l’air. Vous devrez bien réfléchir à comment utiliser l’environnement du stage (Tuyaux, échafaudages, tremplins, etc…) pour parvenir à votre objectif. La moindre erreur peut provoquer la mort d’une des figurines à sauver, et vous serez bon pour repartir de zéro.
Personnellement, j’ai beaucoup aimé jouer à ce Mario vs DK. Étant un amateur de jeu de réflexion, je me suis rendu compte que cet opus offrait pas mal de possibilité en terme de casse-tête ! Cependant, le jeu souffre de quelques manques.

L’un d’eux m’a particulièrement interpellé à son premier lancement : l’absence quasi-totale de background ! Comprenez bien que je ne reproche pas une histoire minimaliste. Nintendo utilise depuis des lustres le kidnapping d’une princesse comme prétexte pour passer à l’action. Et pour un jeu de plate-forme, cela suffit bien. Ici le souci réside plus particulièrement dans la mise en scène. On peut dire ce qu’on veut à ce propos, mais il faut reconnaître qu’elle aide à nous immerger dans nos jeux. Et bien, c’est ce qui fait défaut ici. Seuls quelques « artworks » en début d’aventure nous feront comprendre que Pauline, la dulcinée de Mario dans cette série, s’est fait encore enlevé par Donkey Kong. En bref, nous avons droit à un simple diaporama. Ce qui m’a un peu « choqué », surtout pour un jeu à une vingtaine d’euros.

« Darkventura préfère sauver les fesses de la princesse, cependant je ne trouve pas l’absence de background dommageable. En effet, là on nous sert un jeu au style un peu « marionnette » avec des Mario, Peach et Toad versions mécanisés. Ainsi, je trouve cela sympathique de jouer avec de petites marionnettes qui avancent bêtement, comme une sorte de mécano interactif. » HyBrYdE

MvsDK-Capture2

Malgré cela en parcourant les différents niveaux, on sent la patte de Big N. Les trois premiers mondes sont vraiment là pour vous montrer les différents mécanismes du jeu, les éléments de l’environnement que j’évoquais plus haut (Tuyaux, tremplins, etc…). Et c’est à partir du monde 4 que la difficulté se fait sentir. Vous serez contraint de bien réfléchir à ce que vous faites, sous peine de devoir recommencer. Cependant, le jeu ne propose que 6 mondes. Si on calcule, nous n’avons que la moitié du jeu qui propose un vrai challenge à mon sens.
Mais c’est sans compter sur les niveaux bonus, répartis sur 3 mondes supplémentaires, à débloquer avec des étoiles. Vous collecterez ces dernières en fonction du score atteint dans chaque niveau, vous poussant à refaire les plus ardus.

« Les mondes de ce jeu sont très ardus à un certain point. Je ne suis pas particulièrement doué avec ce style de jeu. J’ai eu quelques sueurs froides sur certains niveaux particulièrement corsés. Il faut toujours garder un œil partout pour ne pas embrocher un petit Mario par mégarde. La difficulté est, je trouve, très bien géré. Puisqu’à aucun moment, on a l’impression d’une difficulté soudain trop élevée ». HyBrYdE

MvsDK-Capture3Cette fois-ci, les développeurs ont inclus une fonction qui vous fera sans doute revenir sur cet opus : un éditeur de niveau. Ce dernier vous proposera une multitudes de possibilités à travers les différents objets à placer sur le terrain. Une partie d’entre d’eux sont déjà disponible, les autres devront être débloqués à l’aide d’étoiles. Il s’agit véritablement de la monnaie d’échange de ce Mario vs Donkey Kong. De mon expérience, la seule limite de vos créations sera votre imagination.
Je me suis rendu compte qu’inventer un niveau, un level-design, n’est pas aussi facile que cela puisse paraître. C’est un véritable métier !
Non seulement, vous pouvez créer vos propres stages. Mais surtout, vous pouvez les partager sur le miiverse et essayer ceux de vos amis et du monde entier. Il s’agit d’ailleurs d’une autre source potentielle pour gagner des étoiles.

Puisque les joueurs, ayant terminés votre stage, auront le choix de vous récompenser en vous offrant quelqu’une des leurs. Voilà pourquoi il est important de s’appliquer un minimum dans vos stages. Un joueur frustré ne donnera rien. Je sais de quoi je parle 😉

« Ou un joueur radin. Comme … moi ? De rien Dark, tes niveaux étaient sympa 🙂 ». HyBrYdE

MvsDK-Capture5L’une des particularités de cet opus, c’est qu’il est « multi plate-formes Nintendo » : Wii U et 3DS. Le point commun entre les deux machines, c’est la présence d’un double écran. Dans le cas de la Wii U, la télévision ne sait pratiquement à rien. Il vous donnera qu’une vue d’ensemble du niveau  en cours, puisque l’essentiel de l’action se fait au tactile sur le Gamepad.

« Je reprends la parole à mon éminent collègue pour vous parler de la version 3DS qui est … identique. À mon sens, cette version propose tout de même une plus non négligeable : la portabilité d’apporte d’office la portable de Nintendo. Étant régulièrement en déplacement, cette mouture est d’autant plus pratique pour y jouer au cours d’un voyage. Ce qui n’est pas le cas de la version Wii U. » HyBrYdE

 

Pour résumé, Mario vs Donkey Kong Tipping Stars est un jeu de réflexion tout à fait sympathique, offrant un certain challenge. Que ce soit dans les mondes les plus avancés ou dans les stages personnalisés que vous trouverez sur le miiverse. Cependant, le jeu ne brillera pas forcément par sa durée de vie. Malgré la présence d’un éditeur de niveau dont la seule limite sera votre imagination. De plus, on le trouve un peu trop cher, une quinzaine d’euros serait déjà plus correct. Après, c’est à vous de voir.

 

2 réponses à Paper Test : Mario vs Donkey Kong Tipping Stars

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*