Paper Test : F-Zero X

Pour commencer, F-zero X est sortie sur notre territoire en novembre 1998 et est évidemment édité et développé par Nintendo. Il est le successeur direct de F-zero paru sur Super Nintendo.
Au lieu d’avoir seulement quatre véhicules comme dans F-zero, ce n’est pas moins de 30 vaisseaux à débloquer que nous offre cet opus ! Fini l’impression de rattraper toujours le même adversaire, vu qu’on avait tendance à les confondre.

4-Logo-PaperTest-F-ZeroX

En parlant de véhicule !

F-ZeroX-Capture1

Chaque vaisseau ou véhicule, à vous de voir, a ses propres caractéristiques qui sont Body, Turbo et Grip. Chacun de ces points techniques sont notés avec des lettres allant de A à E. Inutile de préciser leurs significations, tout le monde est déjà allé en classe de CP, non ?

Il faudra bien les prendre en compte puisqu’il vous faudra adapter votre conduite si vous voulez tirer pleinement parti de votre véhicule et ne pas partir en vrille et finir en morceaux.
Par exemple, si le « body » de votre vaisseau est à A, vous pourrez vous permettre de foncer dans le tas et éjecter un ou deux concurrents hors de la piste. J’adore ça ^^
Maintenant, nous n’avons plus affaire à des circuits tout plat et relativement prévisible dans leur tracés. On a le droit maintenant à des loopings, des virages super serrés, des tunnels, des zones sans barrières pour se casser la figure et des tracés assez loufoques !

 

Vous l’aurez constatés en le comparant à Wipeout, l’autre référence du genre, il n’y a pas d’arme! Et c’est là toute l’originalité du Gameplay (avec un grand G), tout se joue sur votre compétence à piloter votre vaisseau afin d’arriver premier. Et surtout, vous pouvez manœuvrer pour parvenir à éjecter un concurrent de la piste !

 

Mais attention, les adversaires ne vont pas s’en priver !

Selon le mode de difficulté, l’I.A ne vous laissera pas faire ! D’ailleurs, elle ressemble beaucoup à celle d’un Mario Kart sauf qu’elle ne vous attendra pas pour que vous la doubliez. En revanche, elle vous collera au train le plus longtemps possible ! Et vous ferez tout pour semer vos adversaires. Aaah l’amour c’est beau, hein ? 🙂

Ce qui est une claque par rapport au précédent opus mais qui l’était un peu moins à l’époque, c’est la qualité graphique du jeu ! Puisqu’en le comparant avec son concurrent direct, Wipeout, il peut aller se rhabiller ! En effet, F-zero X souffre de textures pauvres en détail. Mais ce sacrifice est un mal pour un bien! C’est la vitesse d’animation qui prime et nous offre une sensation de vitesse vraiment saisissante, aussi bien pour l’époque qu’aujourd’hui!

Le plus grand défaut de F-zero, sur Super Nintendo, l’absence de multijoueurs, est désormais corrigé sur la 64 bits de Nintendo. Dans l’ensemble, ce dernier est plutôt réussi mais nous aurons seulement la possibilité d’affronter 4 adversaires. C’est bien dommage puisque la force de F-zero X, ce sont les courses à 30 concurrents! Oui, 30 qu’on vous dit.

F-ZeroX-Capture4

Ce qui est le plus drôle, ce sont les passages étroits à 30 concurrents comme les tunnels, c’est le carambolage assuré !

F-ZeroX-Capture2J’évoquais tout à l’heure les circuits qui « révolutionnaient » la licence. Dans cet opus, nous aurons droit à 24 circuits bien différents et qui se révéleront originaux. Mais la difficulté de ces derniers va s’accroître au fur et à mesure que vous progresserez dans les championnats. Fatalement, les premiers seront plus aisés. Tandis que les derniers, vous donnerons du grain à moudre.
L’un d’eux fait référence à Mario Kart. C’est le circuit Rainbow Road qui se trouve d’ailleurs largement plus inspiré que son homologue de Mario Kart 64 avec ses barrières sur tout le long !

 

 

 

 

Conclusion.

Je dois bien le reconnaître, je n’ai pas connu ce jeu à l’époque, ni pendant l’ère Gamecube. Mais bien quelques années après le lancement de la Wii, c’est plutôt ironique puisqu’elle n’a jamais accueilli de F-zero. Et il faut bien avouer que le gameplay de F-zero X n’a pas vieilli. À la fois fun et nerveux, ce jeu est destiné aux fanas de jeux de courses. Et en terme de contenu et de durée de vie, il n’a rien à envier aux titres next-gen du même genre.
Tout ce qui lui manque, c’est un éditeur de circuit. Mais sachez que ce dernier existe bel et bien. Pour en profiter, il faudra se procurer l’extension du jeu et le 64DD, jamais parus dans nos vertes contrées.

F-ZeroX-Capture3

3 réponses à Paper Test : F-Zero X

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*